LISTE DES PRESIDENTS DE L'EMULATION NAUTIQUE BOULONNAISE

1861  -  1998

 

MM.

VAILLANT                                1861 - 1863

MONTKUIS                               1864 - 1870

BELVALETTE                            1871 - 1875

ADAM                                        1876 - 1877

MONTEUIS                                1878 - 1879

DUCHOCHOY                            1880 - 1884

MUTON                                                            1885 - 1888

LE FRANÇOIS                            1889

THIERRY                                     1890

ADAM                                         1891 - 1895

THIERRY                                      1896 - 1897

HAFFREINGUE                           1898 - 1904

BOUJU                                          1905

CRESFEL                                                             1906 - 1910

TRARIEUX                                   1911 - 1919

HAFFREINGUE                            1920 - 1928

TETÂR                                           1929 - 1934

LEFEBVRE                                     1935 - 1945

SENECHAL                                    1946 - 1960

CONSTANT                                   1960 - 1969

VINCENT                                        1970 - 1988

FAUQUEMBERGUE                     1989 - 1996

FORGET                                          1997 – 1998

 

1999 FUSION DES DEUX SOCIETES BOULONNAISE EMULATION NAUTIQUE BOULONNAISE BOULOGNE-CLUB

TITRE - AVIRON BOULONNAIS 1er PRESIDENT Daniel FORGET.       1999

 

RÉSUMÉ

DE

L'HISTORIQUE

DE

l'Emulation Nautique Boulonnaise

 

Extrait de l'historique de l'E. N. B. œuvre du regretté Charles MAILLART, comprenant 900 pages.

 

Bien que les premières régates se soient disputées à Boulogne en 1855, sous l'égide de la Société des Régates Boulonnaises, ce n'est qu'en 1861, séduits par le sport Nautique naissant, que plusieurs camarades se rassemblèrent et décidèrent de fonder à Boulogne sur Mer, une association sportive, sous le nom d'EMULATION NAUTIQUE BOULONNAISE.

M. DELAHODDE, entrepreneur, recueillit quelques fonds parmi ses amis et construisit le garage sur l'emplacement qu'il occupe encore actuellement sur le Boulevard Daunou. Le premier Président en fut M. VAILLANT, qui la dirigea jusqu'en 1864, année Où la Société fut officiellement reconnue par arrêté préfectoral en date du 20 Février 1864. Ce fut M. MONTEUIS qui assura la présidence de 1864 à 1371,

M. A. BELVALLETTE lui succéda de 1871 à 1875 : grâce à  l'esprit de dis­cipline qu'il sut faire régner à la Société, celle-ci prit un nouvel essor : Une salle de gymnastique et d'escrime fut fondée dans une salle de la rue de la Coupe, aujourd'hui, rue Coquelin, à l'emplacement occupé actuellement par le Cinéma Vog.

Parmi les équipiers qui se sont distingués à cette -époque, où il ne fallait pas manquer de courage pour faire certains déplacements, nous relevons les noms de MM. MARSAN, ROULET, SAUVAGE, HACQUET, LANNOY, WILHER-FORTH, MILLINGTON, MAILLARD, CRAILLE, WACOGNE, OTTERS, HAGNE-RE, QUEHEN, DARQUER, EDMUNDS, PRUVOST, GILLOTT.

En 1876, nous voyons accéder à la présidence, M. G. ADAM qui fut remplacé en 1878 et 1879, par M. MONTEUIS, et de 1880 à 1884 par M. DUCHOCHOIS.

Le Championnat de la Manche en skiff, fut l'apanage de M. BUTEZ, de 1876 à 1879, et de 1880 à 1886 de M. Abel d'HAUTEFEUILLE, qui devait deve­nir une des plus pures gloires de l'Aviron Boulonnais, et qui forma avec Nar­cisse DEGUINE, une paire renommée. Ce dernier devait également devenir fameux tant par sa valeur de rameur que par ses méthodes de chef entraî­neur : ce fut lui, en effet, qui forma le fameux Quatre Olympique de 1924.

A. d'HAUTEFEUILLE enleva le Championnat de France en skiff en 1884, et fut le héros d'une réception enthousiaste, à son retour, par la Municipalité et la population boulonnaise. Derrière lui, des nouveaux rameurs se distinguent : ce sont MM. DAMIENS, C. LEFEBVRE, DELPIERRE, BARBAUX, LEDOUX, GRISET.

De 1885 à 1888, c'est M. MUNTON, qui préside aux destinées de la Société : de nombreux succès dont 14 Premiers Prix récompensèrent, en 1886 les efforts persévérants des rameurs. Hélas, en 1887, un deuil cruel atteignait l'Emulation en la personne d'Abel d'HAUTEFEUILLE, qui mourait subitement le 12 Janvier 1887. La perte de ce grand rameur, enlevé en pleine force de l'âge, fut particulièrement pénible à la Société qui vit toutes ses équipes déformées.

 

Nous voyons apparaître en 1888, les fameux rameurs G. CLIPET et G. CARON qui devaient avoir une forte influence par la qualité de leur style sur les futures formations de l'E. N. B. Ils remportèrent de nombreux succès en compagnie de MM. VALFREY et LAPLAOE.

En 1889, outre l'équipe TOPETTE (CLIPET, CARON, VALFREY, LAPLACE), une autre équipe se distingue : SURPRENANTE, montée par MM. ROUSSEAU, HOLLEVILLE, DELPIERRE et GODARD. Ces deux formations totalisèrent cette année-là, 18 Premiers Prix. M. LE FRANÇOIS assurait cette année-là la présidence.

En 1890, M. Paul THIERRY devient Président, remplacé en 1891, par M. G. ADAM, qui conserva le poste jusqu'en 1895 .Nous voyons, en 1890, l'équipe CARON, CLIPET, ROUSSEAU, THARIEUX, remporter maints sucés, ainsi qu'une jeune formation, LA ROSE BLANCHE : MM. DIEUSET, H. TETART, PICHON, L. TETART. En 1891 et 1892, les rameurs Boulonnais continuent leur marche ascendante et glanent de nouveaux lauriers : se font remarquer les équipes : SIROCCO, MISTRAL, LA TUILE, PANPAN et surtout la renommée RUY BLAS montée par MM. CLIPET, TRARIEUX, BARBAUX, TETART : 29 Premiers Prix en 1891 et 16 en 1892, consacrent leur supériorité. Le Garage est agrandi dans la forme où il se trouve actuellement.

L'année 1893, qui vit la création des Championnats d'Europe, fut parti­culièrement glorieuse : l'équipe Senior : MEPHISTO : MM. CLIPET, TRARIEUX, J. DELPIERRE, Ch GADEBLED, outre de nombreux Premiers Prix, remporta, en collaboration avec l'Union Nautique de Lyon, le Championnat d'Europe à 8 rameurs à Orta. Une foule considérable acclama les glorieux rameurs à leur retour à Boulogne.

En 1894, les Boulonnais continuent à se distinguer et les équipes FREDEGONDE, GERMAINE, REVEUSE, NEVA, enlèvent 14 Premiers Prix.

En 1895, l'E. N. B. fait l'acquisition de son premier 8 Outrigger. La première équipe qui le monta fut FREDERIC-SAUVAGE, formée de MM. CLI­PET, L. CARON, FOUQUET, H. CARON, A. PICHON, H. ROUSSEAU, G. HENIN, TETART. 14 Premiers Prix, cette année-là, furent enlevés par les destinées

M. P. THIERRY, succède en 1896, à M. G. ADAM, à la présidence : Les équipiers continuent à se distinguer et 23 Premiers Prix viennent les récompenser : on note les débuts de nouveaux rameurs : MM. P. VANHEECKOET, J. HENIN, VAN VTEGT, BEAUMONT, etc.

Une lutte épique s'engage en 1897 entre les deux équipes seniors de l'E. N. B. : F RAM, monté par N. DEGUINE, CLIPET, DELPIERRE, GADEBLED, et MINE-DE-RIEN, formée de MM. J. HENIN, P. VANHEECKOET, G. HENIN, G. VANHEECKOET. Victorieuses tour à tour, à Roubaix, Rouen, Valenciennes, Lille, Amiens, Liège, Spa, ce fut la victoire de MINE-DE-RIEN aux Régates de l'E. N. B. qui mit fin à cette rivalité, qui ramena à la Société 23 Premiers Prix et un Championnat de France à Huit, avec MM. DEGUINE, GADEBLED, J. HENIN, G. HENIN, VANHEECKOET frères, LEJEUNE et CARTON (ces deux derniers appartenant au Boulogne Club).

Nous voyons en 1898, M. HAFFREINGUE étant Président, l'Emulation remporter 19 Premiers Prix et se classer deuxième Société de France. On remarque en 1899, la disparition de la ma­jorité des vieux équipiers seniors, mais on note par contre, l'apparition de nombreux jeunes : COLEMAN, MULLER, MASSET, BRIMEUX, PENON, FOURNIER, etc. Les Championnats de France furent organisés, cette  année-là, dans notre ville et connurent un gros succès.

Si l'année 1900, fut quelconque, un sérieux effort fut fait en 1901, qui vit l'Emulation enlever le Championnat de France à 8, battant d'un quart de longueur, la Mixte Parisienne : L'équipe était formée de MM.  G. VANHEECKOET, SAMUEL, GADEBLED,  CARBON-NIER,  FOUKNIER,  COLEMAN,  OUTRAN, DELATTRE. 

En  1902, les  anciens continuent à se comporter brillamment, cependant qu'une pléiade de jeunes se formait, qui devaient devenir fameux :  FRECHON, VINCENT, DUHA­MEL, CORBEC, LOURTHIL Frères, TURLE, MASSON, CHURCHWARD, SPIERS, NOËL,  CHARLES, etc. MM. DEGUINE et G. VANHEECKOET, traversèrent en fin de  saison, le  détroit du   Pas-de-Calais en double scull.

Les nouvelles recrues commencent, en 1903, à tenir tête aux redoutables Gantois qui étaient emmenés par les célèbres VISSERS et MOLLMANS. 16 Premiers Prix en 1902, et 14 en 1903, sont enlevés par nos rameurs. De nouveaux noms surgissent en 1904 :  HURET, R. PERON, BOURGAIN, G. HURET, CLEMENT, LEVY, CATTEL, C. KUMMER, qui, avec ceux formés les années précédentes, vont former une cohorte d'athlètes véritablement impressionnante et sans égale. 21 Premiers Prix marquent  cette renaissance  en 1904.

  L’année 1905 qui viendra consacrer les efforts de tous : Un Championnat de France en Quatre, avec MM. COLEMAN, FRECHON, HURET, PERON, et un Championnat de France en Huit Mixte avec Dunkerque qui était alors emmené par Alfred VINCENT qui faisait son service militaire dans cette ville. Enfin, se mesurant à Gand, contre les vainqueurs des Régates Royales d'Henley, la Mixte Boulogne-Dunkerque enleva d'une façon magistrale, le Championnat d'Europe à huit ra­meurs. L'année 1906, sous la présidence de M. C. CRESPEL, fut moins bril­lante et un manque d'entente empêcha la mixte de renouveler ses précédents succès.

Alfred VINCENT, libéré en 1907, reforme à l'Emulation une équipe senior avec MM. PRECHON, KUMMER et Auguste VINCENT. En collaboration avec un excellent quatre d'Amiens (MM. BOUCHER, RICQUIER, RICHEZ, LEJEUNE), ils forment une équipe mixte qui enlève le Championnat de France à Huit. D'autres rameurs continuent à se former : C. KUMMER, THOMAS, RO­BERT, LEROY, M. ALTAZIN, qui commencent à se faire remarquer.

L'Equipe senior LA BRISE, avec A. VINCENT, FRECHON, KUMMER, Aug. VINCENT, collectionna de nombreux succès mais dut s'incliner au Cham­pionnat de France. Sans désemparer, THOMAS remplaçant KUMMER, cette formation se présente aux Championnats de France en Yole de Mer à Arcachon et enlève le titre de haute lutte. Signalons aussi en 1908, l'extraordinaire exploit de R. PERON et L. LEVY qui réussirent la traversée du détroit aller et retour en double scull, performance audacieuse encore inégalée. 27 Premiers Prix vinrent enrichir le palmarès de la Société.

Une nouvelle génération de rameurs surgit en 1909 : L. et A. CORDIER, H. LEFEBVRE, GLORIANT, P. HARS, L. VINCENT, G. GLORIANT, qui dans cette formation, se payèrent le luxe, aux régates de l'E. N. B., de battre la formidable mixte Emulation-Boulogne Club : cette victoire, inattendue, fit quelque bruit. Un Championnat de France en Quatre Seniors par MM. Alfred VINCENT, FRECHON, COLEMAN, Auguste VINCENT, et 23 Premiers Prix consacrèrent une supériorité incontestée.

Diverses défections amenèrent, en 1910, a formation d'un Huit composé de MM. G. VANHEECKOET, R. PERON, BOURDON, L. CORDIER, FRECHON,

KUMMER, A. CORDIER, H. LEFEBVRE, qui, superbement encadrés par les anciens VANHEECKOET et FRECHON, remportèrent le Championnat de France à Huit.

1911, voit l'Emulation Nautique, sous la présidence de M. TRARIEUX, fêter son Cinquantième Anniversaire, par une superbe Fête vénitienne, et une gran­de journée de régates. De 1911 à 1914, le palmarès de la Société continue à s'enrichir de multiples Premiers Prix et de Championnats du nord remportés par les vainqueurs du Huit de 1910, toujours encadré.3 par le magnifique athlè­te et rameur qu'était Joseph FRECHON et qui devient le pilier de toutes les équipes Emulardes. De nombreux rameurs se font à nouveau remarquer : DEBRABANT, VAN WAELFELGHEM, MERCIER, BIGOT, MONTEIL, PENEL, DHALLEINIE, NIELSEN, MAMELIN, OVION, etc. La guerre de 1914 vint met­tre un terme à La barrière, qui s'annonçait brillante, des frères CORDIER : le Deux et le Huit, champions du Nord, avaient déjà expédié leurs bateaux à Lyon quand la déclaration de guerre vint les appeler vers d'autres devoirs Notons que le matériel passa toute la guerre à Lyon, et ne fut rapatrié qu'en 1920.

De 1914 à 1919, le garage fut entièrement désert : à la fin de la terrible tourmente, quarante bons et braves Emulards manquaient à l'appel : leurs noms glorieux figurent sur une plaque de marbre apposée dans le Garage, eu chaque année, à l'ouverture de la saison, des fleurs sont déposées.

Plus d'anciens sauf un : Alfred CORDIER, mais amputé d'un bras, ileut l'insigne courage, de remonter en bateau avec son seul bras et formant derrière lui une nouvelle génération, sut par son courage et son optimisme indomptables, redonner à la Société les bases d'une nouvelle vitalité, aidé en cela par les dévoués MM. HAFFREINGUE, CORDIER père, N. DEGUTNE, Ch.MAILLARD, H. LEFEBVRE.

1920 voit la reprise des régates dans le Nord :  un deux Juniors se distingue, ainsi qu'un quatre Juniors formé de MM. JOUGLEUX, DELSART, OSTYN, SUDANT. De nombreux  débutants  commencent à  sortir  :  CAPIAUX, LAFONTAN,  CONSTANT,  TALLEUX,  FRAMÉZELLE,  FOLY. TETART.

On peut noter en 1921, la superbe progression d'un quatre débutants qui se fit remarquer par ses nombreuses victoires, monté par MM. C. EVRARD, FAUCHEUX, CORBEC, E. SENECHAL. En 1922, la même  équipe continua à se distinguer, mais dut se contenter de succès régionaux.

Les dirigeants et le dévoué Président M. HAFFREINGUE, commençaient à s'inquiéter en 1923 de la pénurie d'équipiers, quand, libérés du service mili­taire, de nombreux jeunes formés deux ans auparavant, vinrent renforcer l'effectif. (L'Emulation allait alors connaître une nouvelle ère de prospérité et de succès éclatants. L'équipe Junior « MIN PERE », CONSTANT-TALLEUX, raflant tous les premiers prix des courses Juniors et Seniors allaient mettre un point final à une saison glorieuse en enlevant à Lyon le Championnat de France à Deux Rameurs Seniors, cependant que le Huit fermé de MM. CONS­TANT, TALLEUX, GRESSIER, LECOINTE, FRAMEZELLE, LEVEQUE, GIL-LET, CUVELIER, prenait la deuxième place en Huit Seniors, derrière la Mixte Lyon-Villefranche, .Champion d'Europe, et battant la Mixte Parisienne. Au Championnat d'Europe à Cerne, le Deux ne put que se classer troisième, CONSTANT étant tombé malade en Italie, réalisant cependant la meilleure performance de toutes les équipes françaises.

A la journée de préparation Olympique en 1924, à Coulogne, l'Emulation enlève toutes les courses de sélection : Skiff avec DELATTAIGNANT, 2, 4 et 8 Seniors, et débutants. Aux Championnats de France à Argenteuil, le Qua­tre « NARCISSE », formé de MM. CONSTANT, GRESSIER, LECOINTE, TALLEUX enleva brillamment le titre, cependant que l'équipe « MIN PERE », CONSTANT-TALLEUX, accomplissant leur troisième course de la journée, conservaient de justesse leur titre en Deux, titre qu'ils confirmèrent huit jours après, en écrasant l'équipe parisienne qui lui avait lancé un défi.

Désignés pour représenter la France aux Jeux Olympiques les deux équipe, gagnant leurs éliminatoires se qualifièrent pour les finales. Toutes les compétences et leurs adversaires les donnaient favoris mais le vent ayant tourné, et nettement désavantagés de ce fait par leur place au départ, le Qua­tre dut faire toute la course en quatrième position, mais dans un rush formidable, nos hommes passèrent tous leurs adversaires sauf l'équipe suisse qui triompha avec 3 mètres d'avance. Brisés par cet effort désespéré CONSTANT-TALLEUX s'alignant en Deux 20 minutes après, ne purent vaincre la défail­lance et durent à nouveau s'avouer vaincus. Défaites qui firent amèrement déclarer aux chroniqueurs sportifs de l'époque, commentant la victoire des équipes repêchées : « Le vent n'était pas Français ce jour-là ».

Le Quatre Senior continuant sa brillante carrière, R. CORBEC remplaçant TALLEUX indisponible, enleva en 1925, le Grand Prix de l'Exposition des Arts Décoratifs, mais dut s'incliner par un mètre au Championnat de France à Maçon derrière l'équipe de Rouen. Derrière l'équipe Fanion, de nom­breux jeunes progressaient et remportaient de multiples succès : FRETILLIEZ, DELATTAIGNANT, PAUCHET frères, DUMINY, MOUSSJËLIN, HERNU, THEOBOSOPOULOS frères, etc. totalisant en 1925 18 Premiers Prix. Décades à prendre leur revanche, le quatre Senior se reforma au complet en 1926 avec TALLEUX ; retrouvant à Maçon leurs adversaires de d'année précédente, ils leur infligèrent une défaite mémorable, enlevant le Championnat de France par plus de 8 longueurs d'avance. Aux Championnats d'Europe, incapable de s'adapter aux eaux du Lac, cette même équipe dut se contenter de la qua­trième place. On vit cette année-là, l'Emulation enlever 29 Premiers Prix dont les Championnats du Nord en 2, 4, 8 Seniors, Quatre: Yole de mer Senior, le 8 Débutants et le 8 Juniors : performance jusqu'à présent inégalée.

1927 marqua le déclin de cette période exceptionnelle.. : cependant un quatre Senior formé de MM. DELATTAIGNANT, PAUCHET, FREIVILLIEZ, DUMINY, se classe second au Championnat de France à Quatre à une lon­gueur de la S. N. Marne. Une Mixte formée tardivement avec Dunkerque, fit une performance honorable, et à la suite d'un accident de course et d'une erreur d'arbitrage se vit priver d'une victoire quasi-certaine.

Aux Régates préolympiques Françaises de 1928, un autre Quatre Senior formé de MM. CONSTANT, PAUCHET, THEODOSOPOULOS, DELATTAI­GNANT prit également la deuxième place à une longueur de la Mixte -Pari­sienne Marne-Rowing-Club.

1929 voit le skiffeur L. VILLENEUVE enlever le Championnat de France en Skiff Juniors à Annecy, mettant le point final à une brillante saison cepen­dant qu'en 1930, au cours de la saison, de nombreux jeunes défendent souvent avec bonheur, les couleurs de la Société. Deux anciens, CONSTANT-TALLEUX, reprenant l'entraînement in extremis, réussissent à enlever les Championnats du Nord en 2 et en 8 Seniors.

De nouveaux rameurs se forment et remportent en 1930 et 1931, de nom­breux succès : E. FONTAINE, E. MASISON, A. COROIER, THUEUX, DULIEUX, BLERIOT, BERNARD, LEPAN, J. CONSTANT, etc... En 1932, ces jeunes, enca­drés par E. CONSTANT, enlèvent les Championnats du Nord en 4 et 8 Seniors, sans cependant que leur niveau leur permette d'espérer la conquête d'un titre de Champion de France. En 1933, une formation d'anciens enlève également le Championnat du Nord en 8, mais ne peut mieux faire que les jeunes.

L'année 1934 voit le décès de celui qui fut sans aucun doute, le chef d'en­traînement le plus célèbre de l'E. N. B., et dont les capacités étaient reconnues par le monde de l'aviron : Narcisse DEGUISNE. Rameur et entraîneur de gran­de classe, dur envers lui-même comme avec ses élèves, caractère intransigeant sur les principes, il ne tolérait aucun manquement, aucune défaillance des rameurs qu'il entraînait. Il a instruit plusieurs générations de rameurs, dont plusieurs peuvent encore aujourd’hui, transmettre son enseignement, qui s'ap­parente d'une façon frappante au style dit « moderne », seules les appellations ont changé, ainsi que la façon de l'enseigner, mais les principes en sont iden­tiques.

Les nouvelles recrues qui ont noms : COURMONT, G. MASSON, WEDENT, DUWAT, LEGRAND, COLAS, MARTIN, FLAHAUT, RIGAUX, POSTIC, MER­LIN, DUFUIS, ERRANT, WATELLE, MARES-VILLE, FONTAINE, etc., conservent à leur Club son allant et ses succès.

En 1935, après des débats mouvementés, l'Assemblée Générale note le retrait, de MM. TETAR et BOULANGER. C'est M. Henri LEFEBVRE, qui prend la présidence, et assure en 1936 les fêtes du 75ème Anniversaire, qui connais­sent pendant 2 jours un succès d'affluence sans précédent. Les PICART, VAN BECELAERE, FLOURET, RIVET, EVRARD, LEMATTRE, ROUSSELLE viennent s'ajouter au fort contingent de rameurs, qui enlèvent 32 victoires durant ces 2 années.

Sous la même direction l'année 1937 apporte-t-elle aussi son lot de 19 suc­cès, et à nouveau l'effectif compte de nouveaux noms qui se distinguent rapidement notamment en Quatre débutants : CARON, R~OSSIGNOL, LE GALL, VAVASSEUR, COLLINARD, HENNICHARD, HENNEQUIN, SERGENT, LEFEB-VRE, LEMAIRE, LECUYER, CANDAES, DHERSIN, VITSE,. LOZINGUEZ ; le garage est vivant comme aux plus beaux jours. Deux Emulards enlèvent le Championnat de France Militaire : MM. LEGRAND et COLAS. Mais la situa­tion s'assombrit en 1938 et 1939. Les esprits sont inquiets : la situation inter­nationale est tendue, la menace de guerre est latente, et l'on remarque un certain désintéressement de la jeunesse. Les succès sont moins nombreux, l'en­traînement fragmentaire, désorganisé en outre par des rappels de réservistes. Le coup de poing de Munich en 1938 enfièvre les passions et c'est à nouveau la guerre l'année suivante en Septembre.

Après la drôle de guerre de 1939, le cataclysme se déchaîne. De 1940 à 1944, Boulogne sera écrasée sous les bombes des Allemands et ensuite des Alliés. A la Libération de notre ville, le garage est réduit à l'état de squelette, les bateaux sont soit perdus, soit -gravement endommagés, et de nouveau^ morts au Champ d'Honneur : MM. MAMELIN, VAVASSEUR, LEMAIRE, L. LEVY, LETAILLEUR, FRUVQST, TERRIER.

L'opiniâtreté et la foi de quelques-uns qui reprennent la situation en mains, fait merveille. Avec les moyens cependant bien minimes du moment, on panse les plaies béantes du Garage, on remet un plancher, on recouvre, chacun payant de sa personne et de sa bourse. Le matériel est récupéré, réparé ; on commande 2 bateaux neufs, et le 17 juin 1945, l'E. N. B. pouvait inviter M. le Sous-préfet et M. le Maire, à venir constater sa résurrection, en assistant à  des régates intimes et des Jeux Nautiques. La Jeunesse répond à cet allant et se presse au Garage, et à nouveau en 1946, la Société repartait vers ses destinées ayant nommé M. E. SENECHAL à la présidence.

15 Victoires en 1946, 33 en 1947, 28 en 1943, tels sont les fruits de la jeune vague, avec les COURMONT, BOULOGNE, BOUCHEZ, ROPERT, DUMONT, EOURDEUX, FOLLET, M. et J. DESLSART, MAMELIN, THOMAS, FOLY, BIGOT, BUTEL, qu'encadrent quelques anciens tels J. CONSTANT, LEVY, HENNI-CHAHT, LECUYER, COLAS, LEPAN, FLAHAUT, etc. Cette année 1948, se terminait en apothéose avec la victoire en Coupe GLANDAZ de MM. ROPERT, DUMONT, BOURBEUX, FOLLET, excellemment entraînés par Alfred CORDIER.

Des équipes féminines voient le jour en 1943 et 1949, avec Mesdemoiselles M. et J. BEHEY, VINDEVOGHEL, LE MILLOUR, Ch. CONSTANT, DELARASSE, STINDER, O. et OVL TERNISIEN, et une nouvelle vague de jeunes vient ren­forcer la précédente avec FIORINA, G. et A. CONSTANT, B. FOLLET, C. et M. BIGOT, BOULANGER, M. PAQUOTTE, BONNE, GOURNAY, BEHEY. A Maçon, Henri BUTEL inaugurait sa barrière de skiffeur, en enlevant le Championnat de France des débutants, couronnant ainsi le total des 37 victoires de cette année. A nouveau H. BUTEL se distingue en 1950 en remportant cette fois le titre national en Skiff Seniors : à Milan aux! Championnats d'Europe, son bateau ayant été détruit par un accident de route, il accédera cependant aux finales dans un bateau d'emprunt. Les excellents résultats des autres équipes, permettent de compter 31 nouvelles victoires.

Une grande fête carnavalesque de la Mi-carême ouvre avec grand succès la saison 1951, 'fête qui ira en s'amplifiant dans les années suivantes. La jeu­nesse répond toujours à l'impulsion que donne le Comité à la Société, et l'on peut remarquer les premières armes de LEFLON, BASTIEN, CROIBIER, VAN-DERLENNE, BARBET, MOREL ; si BUTEL, alors militaire, est battu au Cham­pionnat, 23 succès s'inscrivent cependant au tableau d'honneur.

Des jeunes se distinguent eux aussi en Skiff en cette année 1952 : CROI-EIER, Michel BIGOT ; de son côté H BUTEL reprend sa couronne nationale, allant -même représenter la France aux Jeux Olympiques d'Helsinki, où son extrême émotivité, l'empêche de bien figurer. 25 premiers prix s'inscrivent au crédit de cette année.

Les départs à l'armée rendent difficiles les débuts de la saison 1953... mais de nouvelles recrues viennent combler les vides, et les résultats s'améliorent : MAZUY, CRISPON, VANSON, DELPIERRE, se distinguent en Cadets. H. BU­TEL est à nouveau détrôné de son titre en Skiff, mais se console en enlevant, associé avec BOUCHEZ de la Basse Seine, le titre national en double scull. C'est sur le chiffre record de 49 victoires que se solde la saison 1953.

 

L'assèchement perpétuel de la Liane, par suite des travaux du pont, rend difficile l'entraînement en 1954. Cependant grâce à la préparation en salle, les différentes régates nous apportent 25 Premiers Prix ; H. BUTEL quant à lui, reprend à nouveau son titre en Skiff, et conserve celui de Double-Scull, toujours associé à son ami BOUCHEZ. A Amsterdam, enlevant les repêchages et la demi-finale, il participa à la finale du Championnat d'Europe mais ne put faire mieux que quatrième.

Le Challenge MARMIN, course par relais, voit le jour en 1955 et connaît la faveur des spectateurs : c'est l'E. N. B. qui en fournit le vainqueur. H. BU­TEL continue ses succès : il est sacré Champion des Jeux Méditerranéens, à Barcelone, enlève le titre en Skiff à Maçon, mais doit abandonner celui du double sur avarie. Deux rameurs émergent aussi de ce Championnat de Fran­ce ; ce sont MM. CROIBIER et VANDERLENNE, qui déjouant les pronostics enlevaient le critérium en Deux Débutants. La première COUPE DES FLAN­DRES revenait à l'Emulation Nautique qui s'inscrivait pour1 28 victoires. La Société devait malheureusement déplorer la disparition de Charles MAILLART : son objectivité, et sa droiture lui avaient valu de solides et nombreuses ami­tiés. Historien fidèle et minutieux, de sa chère Société il en avait patiemment rédigé l'historique, véritable monument de 900 pages, dont le présent résumé, n'est qu'un pale reflet.

Nouveau titre national en Skiff en 1956, pour H. BUTEL, et 25 premières places à inscrire à notre actif. Aux championnats d'Europe à Gand, notre skiffeur, après une très brillante éliminatoire, où il stupéfie ses supporters, fait une très mauvaise course, et sera battu en 1/2 Finale.

Des jeunes se font remarquer en 1957, tels BROGNARD, HANSE, DELPIERRE, DHALLENNE, GONTHIER, CORDEER, BLAMPAIN, BARBE, QUESNEL etc. Pendant qu'ils font leurs premières courses, les autres équipes des jeunes et anciens seniors assurent les succès, et 25 premières plaises les en récompensent ; grâce à eux la COUPE DES FLANDRES revient à nouveau siéger à l'Emulation.

La mise en train de la saison 1958 est laborieuse, décevante même et contrariée en outre par la difficulté d'avoir un niveau d'eau suffisant dans la Liane. Cependant peu à peu, les jeunes de l'année précédente s'affirment et enlèvent les Championnats des Flandres en 4 et 8 Juniors. C'est finalement à Trémollat que leur jeune valeur éclatera, en enlevant le Critérium de France, en Huit Juniors. L'équipe était composée de 'MM. BLAMPAIN, BARBE, PALETTE, HANSE, DHALLENNE, GONTHIER, J.-P. CORDIE1R, QUESNEL, barreur MASSE. H. BUTEL continuait lui aussi à défendre le Pavillon aidé de DUMONT et de quelques Seniors, et c'est finalement avec 15 victoires que s'ache­va cette saison.

A nouveau en 1959, la bonne volonté des Juniors, Débutants et Seniors, nous permet de compter 20 nouveaux succès. Le 8 Juniors amoindri par des départs à l'armée, ne put que prendre une bonne troisième place dans le Crité­rium de France, et BUTEL était également Sème en Skiff.

Puis en 1960, de très jeunes éléments, venaient ajouter leurs noms à ceux de la glorieuse cohorte Emularde, et remporter de nouvelles victoires, les anciens montrant toujours l'exemple : ainsi H. BUTEL, accouplé au jeune DHALLEOSTNE, prenait une belle deuxième place aux Critériums de France en 2 Seniors. En fin de saison on pouvait totaliser 31 premiers prix, qui affirmaient à nouveau la vitalité de 1’E. N. B. qui du même coup enlevait la Coupe des Flandres. Un rameur formé à la Société, étudiant à Paris, Jean LEDOUX était sélectionné pour les Jeux Olympiques de Rome, affirmant ainsi l'excellence de la formation qu'il avait reçue à la Société de ses débuts.

Par ce résumé, ou bien des noms et des équipes ne figurent pas, faute de place, la Population Boulonnaise, pourra apprécier l'effort fourni pendant un siècle par nos rameurs et par les différents Comités qui se sont succédés.

Le Palmarès de l'EMULATION NAUTIQUE BOULONNAISE est un de ceux dont une cité peut être fière. Aussi forte de son passé et de son expérience, l'E. N. B. regarde sans crainte un avenir, qu'elle veut aussi brillant pour le bon renom de notre petite patrie Boulonnaise. Animée par le désintéressement et par la foi de ceux qui n'ont en vue que la formation d'une jeunesse saine, sportive et enthousiaste, elle sait que cette jeunesse pour qui elle a tant fait, répondra toujours plus nombreuse aux efforts de ses dirigeants.

 

 

De 1971 à 1974

 

3 titres de Champion de France.

Ces titres seront le symbole d'un nouveau départ durable: pour l'Emulation. Stéphane CRISPON, Champion en skiff senior toutes catégories à 34 ans, voit enfin le couronnement d'une carrière de rameur exemplaire. Une autre l'attend. Tandis qu'un quatuor désormais célèbre fait coup double, Champion junior en 72, senior en 71 pour JENNEQUIN DUMONT MEREL MALFOY. Avec à la clé une sélection en équipe de France "Junior'" pour MEREL — MALFOY. Du reste, la longue carrière (à peine terminée) de ces deux derniers, suscitera bien des passions à venir et sera à l'origine du redressement émulard. Les actions combinées du Président Pierre VINCENT, du secrétaire J.C FAUQUEMBERGUE et l'omniprésence d'un entraîneur hors pair Stéphane CRISPON emmèneront le Club vers des sommets d'où il n'en redescendra plus.

L'arrivée en 1978 d'un dirigeant exceptionnel en la personne de Daniel FORGET, Vice-président de l'actuelle Fédération enrichira d'autant plus la qualité de l'équipe dirigeante.

 

1976  Participation à 21 Régates - 110 courses - 46 victoires MARZOLF - BOUSQUET H. - DURIEUX - GOESSENS H. Champion de FRANCE en 4 volette minimes.

 

1977 Participation à 15 Régates - 123 courses -- 47 victoires. MEREL Didier et LECOINTE Dominique, Internationaux, VAINQUEURS en 8 de la COUPE D'EUROPE.

 

1978 Participation à 20 Régates - 158. courses - 64 victoires: Dominique LECOINTE, Médaille de BRONZE en 2 sans barreur aux championnats du MONDE à KARAPIRO (Nouvelle Zélande)

E.N.B. 10e Club Français

 

1979            Participation à 24 Régates - 178 courses - 39 victoires: BOUSQUET H. et CRISPON L. Champion de FRANCE en 2 de Couple JUNIOR

2 internationaux : D. LECOINTE (Champion des jeux méditerranéens) L. CRISPON

E.N.B. 17e Club Français.

 

1980            Participation à 24 Régates - 221 courses - 75 victoires 2 internationaux : D. LECOINTE (Jeux Olympiques MOSCOU) L. CRISPON (Médaille d'Argent aux Championnats du MONDE Juniors)

 

1981      Participation   à   2l.   Régates   -   175   courses   -   65   victoires D.    LECOINTE   :    International.

E.N.B.    7e   Club   F r a n ç a i s

 

1982  Participation à 28 Régates - 180 courses - 93 victoires LECOINTE - DETEE - MEREL - CRISPON L.

Champion de FRANCE en 4 barré Seniors: THOMAS - FOURCROY - DELFORGE - MARSEILLE

Champion de France en 4 sans barreur juniors 4 Internationaux : D. LECOINTE L. CRISPON (Médaille d'Argent à la COUPE D'EUROPE) DELFORGE (Médaille de Bronze aux Championnats du Monde Juniors) THOMAS E.

E.N.B. 5e Club Français..

 

1983            Participation à 30 Régates- 1.90 courses - 75 victoires
FAUCHE D. : Champion de FRANCE en Skiff Junior
BEAUGENDRE - SOTTY - LESNOWSKI - GUIBON:

Champion de FRANCE en 4 Volette Minimes.

3 internationaux : D. LECOINTE L. CRISPON (Médaille d'Argent aux Championnats dû MONDE poids légers) D. FAUCHE international junior

E.N.B. 10e Club Français.

 

1984            Participation à 33 Régates - .303 courses - 100 Victoires
BEAUGENDRE . GUIBON . GOESSENS Y. DUTERTRE Champion de FRANCE en 4 de Couple CADETS

BRUNEL . SGARD . FAUCHE . LEZY . FRANÇOIS . LEBORGNE . BRUNEL . DESCAMPS. Champion de FRANCE en 8 JUNIORS

D. LECOINTE . L. CRISPON Champion de FRANCE en 2 sans Barreur SENIORS

6 internationaux :

CRISPON . FOURCROY (médaille d'Argent en huit à la coupe

d'EUROPE)

LECOINTE ! 5e aux jeux Olympiques à LOS ANGELES!

FAUCHE (Médaille de bronze  aux championnats du MONDE

Juniors )

LEZY (champion du MONDE en 8 juniors)

E.N.B. 1er Club Français.

 

1985  Participation à 25 Régates - 169 courses - 69 victoires 8 Seniors : médailles d'argent aux championnats de FRANCE

8 Juniors : médaille de bronze aux championnats de FRANCF

6 internationaux :

LEBORGNE . BRUNEL . LEZY . FAUCHE (médaille de bronze en

4 de couple de la coupe d'EUROPE)

et enfin LUC CRISPON champion du MONDE en deux de couple

poids légers.

E.N.B. 10e Club Français..

La fin des années 80. verra surtout l'Emulation s'affirmer sur le plan national, par son Huit seniors, symbole de l'unité du Club.

Même si les résultats des jeunes marquent le pas, le bilan de ces années restera grandiose.

 

1986.87.90 Titre National en HUIT Elites

1985.88    Médaille d'argent en Huit Elites

1989   Titre National en 4 sans barreur Elites 1989 Titre National en 2 de couple FAUCHE.GUIBON) aux championnats sprint.

Le groupe essentiellement formé à partir de 5 générations de rameurs ayant brillé au cours des 10 h 15 dernières années aura pour membres : .

MEREL. MALFOY. LECOINTE. BOUSQUET. CRISPON. MARSEILLE. FAUCHE. FOURCROY . JOLY .BRUNEL .LEZY. JOLY  et GUIBON

TOUS  FORMES  à  BOULOGNE  S/MER.

Leur rivalité avec les Parisiens de l'Encouragement, Club récupérateur de talents provinciaux, fera l'admiration de toute la France de l'Aviron.

La réussite de ce groupe exceptionnel sera l'aboutissement d'un travail admirable entamé au début des années 70 sous la houlette de Stéphane CRISPON ( Lui aussi sera appelé par le CLUB FRANCE, dès 1977, et reste aujourd'hui l'entraîneur national le plus titré. Son expérience sur ce plan sera bénéfique aux rameurs de l'Emulation.

Parmi ces rameurs bien sur, des internationaux ESPOIRS ( FAUCHE LEZY FOURCROY JOLY ) et surtout un quatuor de haut niveau BRUNEL CRISPON LECOINTE FAUCHE.

Par eux, l'Emulation s'est toujours trouvée représentée en EQUIPE de FRANCE A, notamment à SEOUL où D. LECOINTE courrait ses 3e Jeux Olympiques.

 

1990  Une nouvelle génération commence à s'affirmer. Il est temps ! disent certains.

- 2 de coupe cadet médaille d'argent aux championnats de FRANCE avec LEBLANC - RIVET

4 barré juniors : BIBLOCQUE BROGNARD GOURNAY DESQUIENS champion de FRANCE tous les quatre sont internationaux juniors A ou B.

8 juniors : les mêmes + PECQUEUX HENNISSART MANTEL et DEBUSSHERE, médaille d'argent à la coupe de FRANCE.

Les seniors continuent sur leur lancée : le huit, bien sûr par l'ARGENT et S. BRUNEL par le BRONZE  courent aux championnats SPRINT.

Aux championnats de FRANCE toutes catégories, tout le monde se retrouve au sein de deux HUIT.

L’EMULATION FRAPPE FORT CE JOUR LA

CHAMPION DE FRANCE

pour le bateau n° 1 : BRUNEL CRISPON LECOINTE FAUCHE BIBLOCQUE JOLY BOUSQUET LEZY

tandis que le 2e bateau échoue de peu pour le bronze. 4e : GOURNAY BROGNARD MEREL MALFOY CECCHIN DESQUIENS GREUEZ GOURNAY.

- internationaux, cette année là, outre les 4 juniors, FAUCHE CRISPON LECOINTE et le barreur LATTAIGNANT.

L'E.N.B. redevient 4e Club Français.

 

1991  Le Huit seniors 2 fois MEDAILLE DE BRONZE, d'abord

aux Championnats Sprints puis aux Championnats Elites

LECOINTE CRISPON Champion de France en 2 sans barreur BIBLOCQUE FAUCHE Médaille d'Argent en 2 sans barreur

soit un doublé historique.

6 internationaux : BIBLOCQUE BROGNARD LATTAIGNANT

en Espoirs LECOINTE CRISPON FAUCHE en Elites.

1992  8 seniors : de nouveau le Bronze aux Championnats Sprints.

Puis en Septembre, une course inoubliable pour le titre aux Championnats de FRANCE toutes catégories. Ce sont Huit rameurs survoltés qui remonteront une longueur complète de bateau aux inévitables Parisiens pour finalement, échouer de 27 centièmes de seconde.

Année de deuils, mais Année de réussites car pour rendre hommage à leurs guides, trois rameurs se qualifieront, pour les Jeux Olympiques de BARCELONE

- D. LECOINTE (ses 4e) D. FAUCHE et L. CRISPON.

Ainsi, les rameurs continuent-ils d'écrire, dans la tradition de 1'olympisme,L’Histoire DE L’EMULATION NAUTIQUE BOULONNAISE

 

1996… Après cette formidable aventure et exploit de Daniel FAUCHE à Atlanta, l'Emulation Nautique Boulonnaise enregistre sa deuxième médaille Olympique, après les Jeux de Paris en 1924, en quatre barré avec CONSTANT / TALLEUX /  LECOINTE / GRESSIER, se termine aussi pour les rameurs seniors un engagement total pour leur club formateur, après des bagarres en huit sur le bassin entre l'Encouragement de Paris et l'E.N.B. qui restera en mémoire de nombreux dirigeants, 1996 a vu aussi l'E.N.B organiser son quatrième et dernier Match FRANCE GRANDE BRETAGNE CADETS à Boulogne, Pourtant la barre est bien passée aux jeunes, puisque en 1997 on retrouve :

CHAMPIONNAT DE FRANCE TOUTES CATEGORIES A MANTES LA JOLIE

Champion de France en deux Barré :

FAUCHE Daniel - BRUNEL Sylvain Barreur LATTAIGNANT C. ce qui part ce titre fait que l'E.N.B. a remporté en 12 ans tous les titres de Champion de France en pointe.

A MAÇON Championnat Minimes et sprint Seniors / Médaille de Bronze en Huit Minimes /

SERY/ MAES/ HUBERT/ RANDON/ MAILLY/ LECOINTE/ NOEL/ MAGNIER Barreur VINCENT

En Deux sans seniors / Médaille de Bronze GOURNAY David / DESQUIENS Franck

8+SF 5EME EN Finale

GUIBON/ DELPIERRE/ GRARE/ HELD/ LIMASCON/ GEERSEN/ COUVELARD/ GOBERT/ Barreur E. LEFEBVRE

CHAMPIONNAT DE FRANCE CADETS JUNIORS A VICHY 8 + JUNIORS Médaille de Bronze

PATART/ DECOUFOUR/ PAULY/ DUCROCQ/ LEPRETRE/ DELANNOY/ LECAILLE/ BAELE - Barreur LEBEGUE Delphine

8+ Cadets Médaille d'argent :

DUPUILLE/BRICHE/ROBERT/HUBERT/BERTHIER/TEALE/ QUEHEN/BARRES - Barreur Delphine LEBEGUE

 

ET la cerise sur le gâteau pour clôturer cette formidable année la Médaille d'argent à Aiguebelette aux Championnats du Monde en quatre sans barreur de Daniel FAUCHE, ainsi que le titre de Champion du Monde en quatre barre avec a la barre du bateau Christophe LATTAIGNANT.

 

1998

CHAMPIONNAT  DE FRANCE BATEAUX COURTS CAZAUBON

Médaille de Bronze en 2- JUNIORS Hommes LEPRETRE Xavier - DECOUFOUR Nicolas

Médaille de Bronze en 2 - SH BOSQUET- FAUCHE

CHAMPIONNAT DE FRANCE MINIMES AU CREUSOT

8 + MG Semé en finale

MAGNIER/NACI/MAILLY/VIDAL/DOLIGER/MAIGNAN/KOMINES

LECOINTE/ Barreur VINCENT

4X+ MF 4eme en Finale AMBEZA/COINON/DOZINEL/PHILIPPE Barreur LEFEBVRE

CHAMPIONNAT DE FRANCE A VICHY JUNIORS MEDAILLE D'ARGENT EN HUIT JUNIORS

LEPRETRE/DECOUFOUR/PATART/HUBERT/BERTHIER/PAINDAVOINE LECAILLE/DELANNOY/ Barreur LEBEGUE

 

Et pour terminer cette année la médaille d'argent en quatre sans barreur aux Championnats du Monde à Cologne de DANIEL FAUCHE.

Après 138 ans d'existence, de passion; de peines, de joies, d'amitiés l'Emulation Nautique Boulonnaise fusionne avec le Boulogne-Club et devient L'AVIRON BOULONNAIS, formidable défi de ses dirigeants pour aborder le troisième Millénaire.

 

 

 

CONCLUSION :

Dans son histoire, l'EMULATION NAUTIQUE BOULONNAISE, toujours à la pointe, provoquant même parfois l'évolution technique de notre sport, a su garder en elle les mêmes idéaux, conserver pour mieux les transmettre, les mêmes valeurs humaines, notre discipline, individuelle ou collective, alterne sans cesse entre l'ambition personnelle et l'altruisme au service du groupe, génère entre les femmes et les hommes qui la pratiquent des relations fortes, parfois tendues, le plus souvent exceptionnelles d'amitié durable entre eux, et d'amour total, voire aveugle de l'homme, du rameur pour son club.

Et si,   certains noms sont  plus remarqués que d'autres,  N'oublions jamais,  L'ARMEE DE BENEVOLES ANONYMES sans qui rien n'aurait put se faire.

LE PLUS GRAND RAMEUR DE L'HISTOIRE DE L'EMULATION NAUTIQUE BOULONNAISE RESTERA Daniel FAUCHE,   Vice Champion Olympique,  Champion du Monde et surtout pour les Emulards,   un être exceptionnel pour sa gentillesse et sa camaraderie ainsi que sa simplicité.

 

JC FAUCQUEMBERGUE